Mardi 22 Avril 2002

Cher visiteur,

Le résultat du premier tour des élections présidentielles en France glace d'effroi le monde entier : Jean-Marie LE PEN est parvenu à se hisser au second rang des suffrages des français et sera donc le rival direct du candidat sortant, Jacques CHIRAC !... Incroyable ! Impensable ! "Séisme" politique, "Choc", titrent les grand quotidiens français et leurs principaux homologues du monde occidental...

Et pourtant, ce résultat a-t-il vraiment de quoi surprendre ?

Jean-Marie LE PEN est-il vraiment ce redoutable croquemitaine qui fait trembler les enfants de la République, tous partis confondus ?
Et surtout a-t-il réellement acquis autant d'influence que le pourcentage de ses voix de premier tour semble lui prèter ?
Permettez-moi d'en douter !...

Tout d'abord, s'il est incontestable que le Front National a une clientèle, elle se situe probablement plus autour d'une frange de 5% à 6% de la population électorale qu'aux sommets de 20% qu'on lui prète à loisir pour mieux effrayer les braves gens.
S'il a atteint ce score inquiétant en ce dimanche historique, ce n'est pas à cause de son programme, de son discours hâbleur et démagogique, protectioniste et rétrograde au possible pour ne pas dire plus, c'est tout simplement parce qu'on lui a laissé la place. Mieux que cela, on lui a préparé ce lit de gloire, en focalisant les préoccupations populaires sur "l'insécurité", problème français N° 1 !...
On a semé ?... On a bien failli récolter ! Attention à la prochaine secousse !
Quel sera le thème de campagne la prochaine fois ?... Le CHÔMAGE à nouveau croissant ?... L'INCIVISME pestilentiel ?... L'EDUCATION castratrice ?... Méfions-nous ! chaque fois qu'on fera prévaloir les défaillances chroniques de notre système en guise d'arguments électoraux, au lieu de réformer en profondeur durant le temps de gouvernement, on apportera de l'eau au moulin des extrémistes ! (autant d'ailleurs à l'extrême-gauche qu'à l'extrême-droite, quoi qu'on en dise ! et c'est bien là la vraie raison des scores très faibles des républicains traditionnels, à droite comme à gauche... )

Jean-Marie LE PEN ne dit rien d'autre que des choses vraies, il ne soulève que des problèmes réels, qu'on finit toujours par reprendre à son compte dans les autres partis un jour ou l'autre. Son seul défaut est d'y répondre par des solutions innacceptables pour tout humaniste. Mais il faudra bien s'atteler à traiter des problèmes en question, faute de quoi il trouvera un jour où l'autre une majorité pour le faire lui-même, à sa manière !

Le terrible immobilisme de la Société Française - dû probablement en grande partie aux blocages et aux lourdeurs de son administration hypertrophiée, impotente et sclérosante à force d'être omniprésente et attrape-tout quand il faudrait au contraire réagir au quart de seconde dans un monde qui évolue à la vitesse de l'électronique - l'amène à SUBIR la mondialisation comme un inéluctable enfer en perspective où l'économie régit tout en maîtresse absolue et incontrôlable.
De ce fait, nous ne faisions plus preuve d'une VOLONTE POLITIQUE CLAIRE face aux lobbies syndicaux ou aux diktats financiers des grands groupes multinationaux, pour la plupart américains.
On avale sans rien dire le coca avec le hamburger Mc-Donald omniprésent, on achète son poulet aux hormones, son maïs et ses tomates transgéniques, ses fraises aussi dures du béton dans l'hypermarché en sortie de chaque grande ville.
Au nom de la "Santé Publique", on accepte (mal) de payer son tabac toujours plus cher.
Au nom de la "Lutte contre la Pollution" on mesure avec affarement au passage à la pompe la quantité de kilomètres qu'on pourra parcourir le week-end prochain pour échapper à l'enfer des grandes villes ou des banlieues.
Au nom de la sacro-sainte "Productivité" de quelques espèces, on laisse dépérir une multitude de produits agricoles diversifiés.
Au nom de la "Liberté de Commerce", on laisse s'implanter dans les coeurs de villes historiques des grands magasins qui ravagent la clientèle des petites boutiques artisanales...
Peu à peu, la France ne s'appartient plus ! Elle appartient à des trusts financiers qui gèrent de multiples manières toutes les sources de profits possibles, abandonnant à leur triste sort des milliers de gens dès que les comptes (ou les gens) virent au rouge dans un pays ou un autre. Pourtant, les chiffres le montrent bien : ce ne sont pas les gros trusts ni les énormes entreprises qui font la trame de l'emploi. Ce sont les centaines de milliers de petites entreprises locales.
Mais qui veut encore OSER de nos jours se lancer dans la création d'entreprise ?
L'administration, toujours elle, non contente de s'être enflée comme la grenouille de La Fontaine, a suscité une véritable administration-annexe avec le corps des comptables et experts-comptables qui vous mange allègrement 1/12e de vos recettes annuelles avant même tout hypothétique bénéfice imposable !

Dans ces conditions, pris entre le développement incessant des grandes surfaces périphériques qui laminent les petits commerces, et l'étau fiscal et administratif qui oblige chaque artisan à se faire fiscaliste (où à en payer un), comment se "débrouiller" quand on ne trouve plus d'emploi "tout fait" dans une grande entreprise ?

Pas facile de rester honnête dans une société qui ne montre pas l'exemple et applique des règles différentes selon la taille des interlocuteurs !

Non, l'insécurité n'est pas, quoi qu'on en dise, le drame français actuel. Non, l'immigration non plus. Ce sont, AU CAS PAR CAS, des problèmes ponctuels, qui se reproduisent et se multiplient certes, et c'est toujours regrettable, mais qui ne menacent en rien notre civilisation. Ce sont toujours aux points de concentration excessive qu'apparaîssent les problèmes sociaux.

C'est la complexité croissante de notre système qui menace notre société.

La Justice ne fonctionne pas comme elle devrait, ce n'est pas (pas toujours) la faute des magistrats mais la faute des lois trop nombreuses que "nul n'est sensé ignorer" !...
Les policiers ne font pas leur boulot ? Mais quel boulot ? Ils font celui qu'on leur ordonne de faire : réprimer les contrevenants et faire rentrer du fric ; pas nécessairement le plus important, celui de protéger les populations des excès de zèles en tous genres...

Comment ne pas s'énerver quand on n'a déjà plus de quoi payer son loyer et qu'on voit un type en uniforme (et bénéficiant de la garantie d'emploi à vie, lui !) accrocher un papillon à votre pare-brise ? voire embarquer comme épave votre unique moyen de déplacement ?!..
Comment rester de marbre lorsque, déjà SDF, on se fait faucher son téléphone portable, dernier lien avec le monde civilisé, par un type encore plus fauché que soi ?
Comment rester calme à la maison quand les gosses doivent manger des pâtes tous les jours ?
Comment garder sa dignité quand vos voisins vous voient survivre d'un RMI ?
Comment même retrouver l'esprit d'entreprendre, oser prendre le moindre risque lorsque, financièrement, on n'a même plus intérêt à gagner le seul SMIC ?

Tout ça n'excuse rien, d'accord, mais ça explique !
La SOUFFRANCE SOCIALE ne se mesure pas à l'aune des graphiques boursiers !

Voilà pourquoi des millions de malheureux et de mécontents ont voté pour LE PEN, en désespoir de cause et pour marquer leur mauvaise humeur envers une société qui les oublie, tout simplement !

Messieurs les Républicains de tous bords, n'oubliez pas cela quand vous aurez battu la bête immonde du National-Socialisme qui pointe son nez derrière le FN !
N'oubliez pas cela, ou elle pourrait bien revenir un jour !

J.M.

Merci d'avoir pris quelques minutes pour me lire. Vos réactions sont les bienvenues... 

Texte à insérer ... 

Votre adresse électronique 

Si vous désirez garder votre adresse électronique confidentielle  non  oui  


***
Précédents éditos :